Traiter une piscine sans chlore : les alternatives

Echelle de piscine
Echelle de piscine

Le chlore, souvent sous forme de galets, est le produit le plus utilisé pour traiter l'eau des piscines. Et pour cause : c’est un désin­fec­tant effi­cace, bon marché et facile d’uti­li­sa­tion. Mais il ne présente pas que des avan­tages, car le chlore dégage une forte odeur et il peut se révéler irri­tant en cas de surdo­sage ou d'in­to­lé­rance. Heureu­se­ment, il existe des alter­na­tives pour une désin­fec­tion effi­cace de votre bassin.

.

Traiter une piscine sans chlore : les produits chimiques

 

Le PHMB (Poly­mère d'Hexa­mé­thy­lène Bigua­nide)

Vous connaissez sûre­ment le PHMB. C’est un produit chimique utilisé depuis long­temps comme une alter­na­tive au chlore. Contrai­re­ment à la plupart des trai­te­ments, il ne se contente pas d’oxyder les micro-organismes, mais les détruit. Son action est puis­sante contre les bacté­ries, les cham­pi­gnons et les germes, mais pas contre les algues, il doit donc être associé à un algi­cide (oxygène actif, UV).

Ce produit chimique a l’avan­tage d’être inodore et non irri­tant. Il est très stable, car insen­sible aux UV et au pH. Par ailleurs, il agit comme un flocu­lant et améliore l’ef­fi­ca­cité du système de filtra­tion. En revanche, le PHMB est incom­pa­tible avec le chlore et le brome et il est plus coûteux que ces deux derniers.

Le brome

Le brome est un désin­fec­tant naturel, extrait de l’eau de mer. Il est de la même famille que le chlore, celle des halo­gènes, mais moins agressif pour les yeux et la peau. La raison ? Il dégage des broma­mines, qui sont moins irri­tantes que les chlo­ra­mines déga­gées par le chlore. Moins sensible à la chaleur, le brome est plus stable - bon à savoir si vous avez un spa.

Dispo­nible en pastilles à disso­lu­tion lente ou en briquette à disso­lu­tion rapide, le brome est tota­le­ment inodore. Son effi­ca­cité n’est pas altérée par les UV et elle varie moins en fonc­tion de l’aci­dité de l’eau que le chlore. Des avan­tages qui ont un coût : le brome est 20 à 40% plus cher que son cousin ! À cela s’ajoute le prix du bromi­na­teur, un doseur auto­ma­tique qui se place sur le circuit de filtra­tion.

Une maman et son bébé dans la piscine
Une maman et son bébé dans la piscine

L’oxygène actif

L’oxygène actif est un produit désinfectant, particulièrement indiqué pour l’environnement et la santé des baigneurs. Puissant, il est aussi conseillé pour une désinfection “choc”, lorsque la piscine est polluée par des algues, dont on souhaite se débarrasser rapidement. Très sensible aux variations de pH et de température, l’utilisation de l’oxygène actif demande un contrôle rigoureux. Et il doit, comme pour le brome, s’accompagner d’un anti-algue.

Quels sont les arguments en sa faveur ? L’oxygène actif est sans odeur et faiblement irritant pour la peau et les yeux. En plus, il s’utilise facilement, car un surdosage n’est pas gênant, et il peut être combiné avec du chlore.

Traiter une piscine sans chlore : les traitements naturels

 

L'élec­tro­lyse au sel

On ne peut pas dire que cette méthode soit radi­ca­le­ment diffé­rente du trai­te­ment au chlore, puis­qu’elle consiste à trans­former le sel en chlore. Une fois l'élec­tro­ly­seur, assez coûteux, placé sur le système de filtra­tion, près de la pompe, il suffit d’ajouter du sel. C’est très facile à utiliser et non dange­reux pour l'en­vi­ron­ne­ment, mais le sel peut abîmer les acces­soires et augmenter le pH de votre eau.

L'élec­tro­lyse cuivre-argent

Ce système combine les propriétés des ions cuivre (algi­cides et fongi­cides) et les propriétés des ions argent (désin­fec­tants). Pour en profiter, vous devrez vous équiper d’un ioni­seur qui, grâce à des élec­trodes, char­gera l’eau de parti­cules métal­liques. Écolo­gique, non irri­tant et simple d’uti­li­sa­tion, ce système est assez coûteux et très sensible aux varia­tions de pH. De plus, il n’est pas plei­ne­ment effi­cace et devra s’ac­com­pa­gner d’un trai­te­ment au chlore.

Détente dans la piscine
Détente dans la piscine

L’ozone

L’ozone est un gaz naturel qui est à la fois un puissant bactéricide, biocide, germicide et désinfectant. Saviez-vous qu'il est d'ailleurs utilisé pour traiter l’eau de votre robinet ? Pour produire de l’ozone, dans la nature, les UV brisent les molécules de dioxygène (02). Les atomes d’oxygène solitaires se rattachent alors à d’autres molécules de dioxygène pour former des molécules d’ozone (03). L’ozonateur reproduit cette réaction, soit en utilisant des UV, soit un champ électrique, puis injecte l’ozone dans la piscine. Naturel, peu irritant, inodore, le traitement à l’ozone est néanmoins coûteux. Il est surtout utilisé dans les bassins publics.

Les rayons UV

Dans le cas du traitement aux UV, l’eau passe à travers une lampe qui produit des rayonnements ultra-violets. Les UV éliminent les bactéries, les champignons et les virus en s’attaquant à leur ADN. Assez onéreux, le stérilisateur UV s'installe sur le système de filtration. Le procédé est automatique et naturel, mais, pour être pleinement efficace, il doit être associé à un produit rémanent comme le chlore ou le brome.

Comme vous pouvez le voir, les traitements sans chlore pour les piscines sont nombreux. Que vous optiez pour un produit chimique alternatif ou un traitement naturel, la peau sera moins irritée. Le mieux est encore de vous poser la question en amont de l’installation pour intégrer, si besoin, le traitement de l’eau au système de filtration.

PARTAGER CET ARTICLE:

Visit our international website

Stay on this website